Parcours de vie



Itinéraire d'une communicante engagée.

Vie personnelle et vie professionnelle se croisent et s’influencent mutuellement. Et les hasards de la vie vous emmènent souvent vers des chemins inattendus.
Cela a commencé pour moi en 1983. J’ai 15 ans et nous partons vivre à Abidjan. Premier grand voyage, premières découvertes de nouveaux horizons qui contribueront à façonner ma personnalité.
Retour en France, prépa HEC, école de commerce, et un stage chez Euro RSCG qui me conduira à une première carrière dans la communication au sein de deux grands groupes, CLM BBDO et McCann. 14 ans pendant lesquels j’ai accompagné des annonceurs comme Canal+, Nespresso, Crédit du Nord, Europcar, Montblanc ou La Seita.

En 2005, l’association Action Innocence se crée à Paris et cherche sa directrice de la communication et des partenariats. Et si je mettais mon expérience auprès de grandes marques au service d’une cause ? D’autant que celle-ci est nouvelle et particulièrement d’actualité : la protection des enfants sur Internet dans un contexte de cyber-crimininalité en forte croissance. Je découvre un sujet passionnant, au cœur des préoccupations de nombreuses entreprises mais aussi des institutions et des médias. La campagne « Le masque - N’importe qui peut se cacher derrière un pseudo » remporte d’ailleurs le premier prix de la communication solidaire en 2006. Les premiers ateliers de prévention et d’éducation numérique sont également développés à destination des élèves, des enseignants, des parents et des professionnels.
Je prends ensuite la direction de l’association, et m’investis pour donner encore plus de résonnance à la problématique en travaillant en étroite collaboration avec les pouvoirs publics et les autorités de police et de gendarmerie, sur les problématiques notamment de cyber-pédopornographie, d’incitations dangereuses et des jeux en ligne. Je suis invitée à participer à des conférences, à des groupes de travail (Ministère de la famille, Secrétariat à l’économie numérique, Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, Forum des Droits sur l’Internet…) ainsi qu’à des émissions dans les médias, contribuant avec tous ces partenaires à réguler le monde numérique… même s’il reste encore beaucoup à faire.

2011, une opportunité familiale m’emmène au Caire où il y tant à faire dans le milieu associatif. Mon choix se porte sur FACE for Children in Need, une association belge implantée en Egypte qui gère trois orphelinats et un centre pour les enfants des rues. Je suis à la fois impressionnée par la qualité des structures créées, par l’énergie de la fondatrice mais également touchée de voir à quoi peuvent mener la misère et la détresse. Ils ont besoin d’une personne pour coordonner la communication et la recherche de fonds entre les deux pays et pour suivre certains chantiers de rénovation. 4 ans de bénévolat me permettent de mieux appréhender les complexités socio-économiques locales et de donner à mon pays d’accueil.

Je rêve de vivre au Maroc… En 2015, celui-ci se réalise. Départ pour Casablanca. Quelques jours après mon arrivée, j’ai la chance de rencontrer une femme extraordinaire : Meryeme Bouzidi Laraki. Elle a fondé l’association Sourire de Reda après la mort par suicide de son fils en vue de lever le voile sur ce sujet ô combien sensible et d’apporter une aide concrète aux jeunes qui souffrent souvent dans le silence. Je la rejoins quasi immédiatement comme directrice. Fortes de nos complémentarités, nous formons pendant 4 ans un incroyable binôme, agissant pour renforcer les équipes du ch@t en ligne Stop Silence créé en 2011 afin d’écouter ces adolescents, pour mener des campagnes de sensibilisation du grand public, organiser des conférences, animer des séances de prévention dans les établissements scolaires, monter des événements « fun » parce que travailler dans la prévention du suicide, c’est avant tout travailler pour la vie, développer la communication digitale et impliquer des influenceurs marocains pour être au plus près des jeunes… sans oublier la recherche de partenaires pour soutenir et financer nos projets. Une expérience professionnelle et humaine intense, inoubliable, jalonnée de belles rencontres. C’est avec beaucoup d’émotion que j’ai quitté le Maroc… et les équipes de Sourire de Reda.

Me voici donc à La Réunion. Nouvelle destination et de nouveaux challenges à relever. Avec un objectif : faire converger mes convictions humanistes, les enjeux sociaux et sociétaux d’aujourd’hui et les problématiques de communication RSE des marques. 

L’heure est à la Réflexion Durable.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les réseaux sociaux : une arme de destruction massive

Solidarité Corona Virus

Des virus et des hommes