Etes-vous un ultracrépidarien ?


La France compte 67 millions d'experts. 
Des experts en virologie, en politique, en économie, en sociologie, en droit, en histoire des religions, en parité, en géopolitique... Les meilleurs cumulent toutes les casquettes. Donnez-leur n'importe quel thème, ils vous assèneront immédiatement un avis tranché, définitif, sans appel.
Assurance ne rime pas toujours avec connaissance ni compétence. C'est fort dommage. 

En 1999, suite à des expériences menées, les psychologues américains David Dunning et Justin Kruger ont donné leur nom - l'effet Dunning-Kruger - à ce biais cognitif qui pousse les personnes les moins compétentes à surestimer leurs capacités par excès de confiance.

La langue française ne manquant pas de ressources a trouvé un terme permettant de désigner ceux et celles qui parlent de choses qu'ils ne connaissent pas : les ultracrépidariens. Un mot apparu récemment semble-t-il, fondé sur l'expression latine "sutor, ne supra crepidam" signifiant "cordonnier, pas plus haut que la chaussure". Autrement dit, rester dans son périmètre de savoir-faire. Un mot nouveau pour une tendance qui ne l'est pas. Les discussions de comptoir ne datent pas d'hier et chacun y a déjà plus ou moins participé. Rien de plus tentant en effet que de prendre position, surtout sur un sujet brûlant. Sauf que la prise de parole ne se fait plus seulement entre habitués du café du coin mais sur la place publique.

Etienne Klein, physicien et philosophe, s'étonnait au début de l'épidémie de Covid de voir le nombre de personnes commencer une phrase par cette "honnête déclaration d'incompétence" : "je ne suis pas médecin mais je pense que..." (1) suivie de déclarations tonitruantes sur ce qu'il faut faire ou ne pas faire, et d'opinions à l'emporte-pièce sur tel ou tel traitement. 
"Nous avons tendance à écouter ceux qui parlent de tout (...) comme si des gens qui ont des formes de certitude nous rassuraient dans cette période d'incertitude" (1). Comme si adopter des discours sans mesure ni nuance induisait de fait une position d'autorité et de raison. 
Ce même Etienne Klein dans "l'éloge de la nuance" interroge notre rapport au questionnement, notre capacité à argumenter, à peser le pour ou le contre, bref à pouvoir mener un débat équilibré, serein, sans jugement péremptoire. Notre société laisse peu de part au doute. Une personne qui doute n'est-elle pas (in)justement considérée comme une personne qui n'est pas sûre d'elle ? "Un propos nuancé donne l'impression de se fragiliser par la forme qu'il prend" (2) alors qu'il devrait au contraire ouvrir le champ  des possibles en nourrissant la réflexion. 

L'ultracrépidarien lui ne doute pas. Il sait. Et il est bien décidé à se faire entendre. Les réseaux sociaux lui offrent une tribune de premier choix et une caisse de résonance sans limites. Plus son message est polarisant, plus il sera commenté, repris, partagé. Cette reconnaissance lui confère une forme de puissance. Pour exister, il ne doit pas faire dans la demi-mesure. Il est là pour convaincre, avec ou sans preuves. Facebook, Twitter et consorts permettent de doper son égo et de surfer sur la vague narcissique de la contemplation de soi.
La multiplication des canaux de communications ne renforce-t-elle pas ce sentiment d'illusion de la connaissance ? Les médias et les réseaux sociaux nous invitant sans cesse à nous exprimer, chacun se sent légitime pour partager son avis et renforcer ainsi sa posture de sachant.
La question n'est bien évidemment pas de remettre en cause le droit inaliénable de la liberté d'expression. Nous pouvons en revanche être perplexe devant une certaine forme de linéarité qui met souvent au même niveau ce qui relève de la réelle expertise, des informations non vérifiées, des commentaires ou de simples témoignages. Dans ce labyrinthe sans hiérarchie ni analyse, comment distinguer le vrai du faux, l'expert du bonimenteur ? 

Peut-être faudrait-il réviser ses classiques et méditer sur cette maxime attribuée à Socrate : "Ce que je sais, c'est que je ne sais rien."
Accepter de ne pas tout savoir. Accepter de se taire.
Opter parfois pour le silence.
Préférer l'humilité à l'arrogance.
Une forme de sagesse ?

Véronique Fima
Réflexion Durable

Crédit photo © Kelly Sikkema, Unsplash

(1) https://www.youtube.com/watch?v=f89WVeqWe-M 
(2) https://www.youtube.com/watch?v=KSefw0kBkSg

Commentaires

  1. C'est exactement ce que je pense mais je ne connaissais pas le mot ultracrepidarien.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire ou une question.
Soit par votre compte Google, soit en "anonyme". Cliquez bien sur "publier"... sinon cela ne s'affiche pas.
Merci :-)

Posts les plus consultés de ce blog

La publicité peut-elle encore susciter le désir ?

Les meilleures campagnes grandes causes de 2020